Font Size

Cpanel
Accueil > Chez les producteurs > Oromia : sur les routes du café équitable en Ethiopie

Oromia : sur les routes du café équitable en Ethiopie

En Éthiopie, 15 millions de personnes sont concernées par la production de café. Cinquième plus gros producteur mondial, l’Ethiopie, et plus particulièrement la région de Jimma, est considérée comme le berceau des premiers caféiers. C’est ici que s’est formée, en 1999 Oromia Coffee Farmers Cooperative Union (OCFCU), qui est aujourd’hui la première union de coopérative de producteurs de café Fairtrade/Max Havelaar du pays. Cette fédération est composée de 217 coopératives et compte plus de 35 000 producteurs. Les membres de cette coopérative s’attachent à promouvoir une agriculture durable et une équité sociale au sein de leurs communautés.

170802 Oromia sur les routes

Une culture durable encouragée et récompensée

Plus de 80 % du café certifié Fairtrade/Max Havelaar d’Oromia provient de cultures biologiques produites sous une canopée d’acacias et de chênes. Depuis des générations, ces producteurs de café éthiopiens évitent d’utiliser des produits agrochimiques : Oromia favorise ce comportement en prodiguant des formations aux producteurs sur les techniques agricoles durables et respectueuses de la biodiversité.

La décomposition naturelle des plantes, des feuilles et du fumier, enrichit le sol. Le café est cultivé parmi la cardamome, le gingembre, la papaye et la patate douce. Cette agriculture diversifiée permet aux producteurs d’assurer une sécurité alimentaire pour leurs familles et de développer des arômes de café uniques.

Il en résulte des conditions idéales pour produire un café de grande qualité. Les caféiculteurs produisent six types de café, tous récompensés par des prix. Chaque café a sa caractéristique : l’acidité équilibrée pour le Sidamo ou le caractère vif et fruité pour le Jimma.

Récoltés d’octobre à janvier, les cerises de café sont séchées au soleil et décortiquées avant d’être acheminées vers la coopérative la plus proche. Cette dernière les transforme en café, qu’elle livre à l’entrepôt d’Oromia à Addis-Abeba. La coopérative procède au triage et traitement final avant de transporter le produit jusqu’au port de Djibouti.

En savoir plus : Accroître la résilience des producteurs aux changements climatiques grâce au commerce équitable

 

Des projets et perspectives d’avenir pour toute une communauté

Pays très agricole, l’Ethiopie a connu de nombreuses crises et périodes d’insécurité alimentaire. En 2014, lors d’une phase d’effondrement du cours du café, le prix minimum garanti du commerce équitable a permis aux agriculteurs réunis en coopérative de maintenir leur activité. La force de cette coopérative provient de sa structure démocratique qui place l’humain au cœur de ses décisions. Les producteurs siégeant au conseil d’administration n’hésitent pas à parcourir jusqu’à 800 km pour y assister.

La coopérative utilise la prime de développement pour des projets communautaires : construction de 4 cliniques équipées, 56 points d’alimentation en eau potable…l’éducation est également au cœur des priorités des producteurs avec la construction de 15 écoles et 42 salles de classes.

« Mon foyer a complètement changé, ma santé et mes revenus se sont améliorés. Nous disposons désormais d’un magasin mis en place par la coopérative dans lequel nous pouvons acheter des marchandises et d’une école construite grâce aux bénéfices du commerce équitable ».
Mengesha Wocho, membre de la coopérative Oromia.

Les producteurs maîtrisent la plus grande partie de la chaîne de production (infrastructures de traitement par voie humide, aires de séchage, bâtiment de stockage etc.) leur permettant de valoriser eux-mêmes la qualité de leur café et de développer des relations directes avec leurs clients partout dans le monde.

Unis et rassemblés, les producteurs du commerce équitable gagnent en pouvoir de négociation et améliorent leur niveau de vie.

 

La vie de la coopérative en image

cerises de café Amanuel Silashi Gannati, producteurs de café éthiopien nous apprend qu’il faut attendre 4 ans avant de voir apparaitre la première cerise de café...Celui-ci restera productif pour au moins 20 ans !
séchage de café La récolte de cerises de café du jour ! Chaque baie contient deux grains prêts à être séchés au soleil. Il reste de nombreuses étapes avant qu’elle finissent dans votre tasse…
classe-oromia Mabraat Kabbada fait sécher au soleil ses grains de café sur une table en bois recouverte d’une toile de jute. Les grains sont retournés régulièrement pour qu’ils sèchent uniformément.
temoignage-producteur Nous voici dans l’espace de triage des grains de café financé par la prime de développement du commerce équitable. Aujourd’hui, les producteurs maîtrisent la plus grande partie de la chaîne de production et sont donc plus autonomes.
stokage Mulane Jabessa torréfie les grains de café fraîchement cueillis. En Éthiopie, la préparation du café est une cérémonie quotidienne qui peut durer plus d’une heure.
torrefaction Voici une des 15 écoles financées par la prime de développement de la coopérative. L'éducation est une priorité en milieu rural, où les enfants marchent des kilomètres pour se rendre à l’école.

Pour en savoir plus :

Réduire les inégalités de genre : Un nouveau programme avec les productrices de cacao

Rendre l’agriculture plus attractive pour les jeunes générations

CAPUCAS: une histoire d'effort et de solidarité