Font Size

Cpanel
Accueil > Chez les producteurs > L’impact du commerce équitable pour les paysans en Inde

L’impact du commerce équitable pour les paysans en Inde

En décembre, Sarah Mc Donald, Chargée des relations avec les producteurs au sein de l’association Max Havelaar France, s’est rendue en Inde pour lancer l’étude d’impact réalisée par l’association I Feed Good. Cette étude vise à évaluer les changements apportés par le commerce équitable Fairtrade/Max Havelaar pour les producteurs de riz. Sarah est également allée à la rencontre des cultivateurs de riz, de coton et d’épices afin d’échanger avec eux sur ce que le commerce équitable a pu améliorer dans leur vie et celle de leurs communautés. Une expérience qu’elle partage avec vous.

2018 02 06 slider l impact du commerce equitable pour les paysans en inde

 

photo sarah mcdonald producteur inde ramnagar

Sarah Mc Donald accompagnée de Sureel Singh, avec qui elle travaille sur le projet d’étude d’impact. Il s’occupe essentiellement d’accompagner les producteurs de riz indiens

Inde du Nord, regroupement de producteurs de Ramnagar – à Kota Bagh, Uttarakhand, India.

La prime de développement du commerce équitable pour l’éducation

image école indePremière étape : Je me rends à l’organisation Vasudha certifiés Fairtrade/Max Havelaar et biologique, où je rencontre quelques-uns des 1 534 producteurs et productrices de coton. Dans cette organisation, les producteurs ont investi 80% de la prime de développement du commerce équitable dans l’éducation avec notamment la construction d’une école et la réduction des frais de scolarité (de 35% à 40% moins chers que les autres écoles de l’Etat). Depuis l’ouverture de l’école en 2010, le nombre d’enfants scolarisés augmente. Aujourd’hui, la prime est investie dans un centre de formation pour les jeunes souhaitant obtenir un diplôme dans l’enseignement. J’ai l’occasion d’en discuter avec Narendre Sherma, producteur de coton, qui m’explique :

 

Image producteur de coton« La certification Fairtrade/Max Havelaar est une chose qui m’est chère : Non seulement elle m’a offert la possibilité de vivre de la culture du coton, mais en plus, ma femme a pu devenir enseignante et mes enfants ont pu être scolarisés grâce à la création de l’école financée par la prime de développement (ndlr : versée à la coopérative en plus du prix d’achat des produits).

Maintenant je me rends compte de ce que le commerce équitable signifie vraiment et je peux en témoigner. Je reçois un prix convenable pour mon coton, et cela au moment de la vente, pas des semaines plus tard, comme ça pouvait être le cas dans le passé ! »

En savoir plus sur la filière coton

 

Des puits pour lutter contre la sécheresse

Après Vasudha, je me dirige vers le village d’Azamgarh dans l’Etat de l’Uttar Pradesh. Dans l’organisation de producteurs « Organic India Farmers Producer Company », les 254 petits producteurs et productrices produisent le Tulsi, une plante aux vertus thérapeutiques. Chaque année, une Assemblée Générale se réunit pour décider démocratiquement de l’utilisation de la prime de développement Fairtrade/Max Havelaar. Ainsi, en 2016, 18 puits ont été construits pour améliorer l’accès à l’eau. En 2017, ils ont permis de lutter contre la sécheresse en apportant suffisamment d’eau pour préserver les cultures. La production a pu ainsi être épargnée par la sécheresse. Par ailleurs, 150 arbres fruitiers ont été plantés en 2016 constituant une source de revenus complémentaires pour les producteurs. Des évolutions et des changements rendus possible grâce à la certification Fairtrade/Max Havelaar comme me l’a expliqué Go Palmer, producteur de Tulsi :producteur inde

« Depuis que nous vendons en commerce équitable Fairtrade/Max Havelaar, des choses ont changé. Nous pouvons penser à des projets qui bénéficient à tous les producteurs, aux familles et surtout aux enfants. Les produits que nous cultivons sont biologiques et bons pour la santé. Le commerce équitable nous rend plus optimistes et permet d’améliorer nos conditions de vie. »

En savoir plus sur les bénéfices du commerce équitable

puits Ramnagar Inde Plant de Tulsi

Les nouveaux puits

Plant de Tulsi

 

Ramnagar : des machines et des outils pour les producteurs

paysage hangar

Dernière étape : l’Etat Uttarakhand où je retrouve l’équipe d’I FEED GOOD, association partenaire de Max Havelaar France. Ensemble, nous rencontrons quelques-uns des 971 membres de l’organisation de producteurs de Ramnagar. Dans une région où les cultures sont très éloignées les unes des autres, la coopérative permet aux producteurs de se rassembler et de développer des projets communs tels que « Organic Service Center » : un centre géré par les producteurs eux-mêmes qui leur permet de louer des outils et machines à des tarifs préférentiels.

Après plusieurs jours dans le Nord de l’Inde, il est temps pour moi de partir et de passer la main à l’association I FEED GOOD, pour poursuivre l’étude d’impact.

Suivre l’étude d’I FEED GOOD sur leur site, sur Facebook