Font Size

Cpanel
Accueil > Nos actions > #EGAlim : les propositions de Max Havelaar France
Nos actions

#EGAlim : les propositions de Max Havelaar France

Les Etats généraux de l’alimentation (EGA), lancés le 20 juillet sous l’égide du Ministère de l’Agriculture, suscitent de grandes attentes pour répondre aux enjeux d’une rémunération plus juste des agriculteurs et d’une alimentation durable pour tous. Ces questions sont au cœur de l’action du commerce équitable et Max Havelaar France se mobilise activement pour participer à cette grande initiative.

171009 egalim les propositions de max havelaar france

Les EGA sont une opportunité unique de remettre au centre des débats l’impact de notre alimentation sur les producteurs familiaux, en France et à travers le monde.
Forte de 25 ans d’expertise en matière de structuration des filières agricoles et de mise en place de conditions commerciales favorables aux producteurs, l’association Max Havelaar France contribue aux ateliers menés dans le cadre du processus officiel de consultation et soutient activement les mobilisations collectives qui se mettent en place pour faire entendre la voix de la société civile.

Pour en savoir plus : #EGAlim : un nouveau plan pour le commerce équitable

Les propositions de Max Havelaar France

Dès sa création, le mouvement international Fairtrade/Max Havelaar a élaboré des principes - élaborés par filières et par type d’acteurs économiques - réunis dans les cahiers des charges du label Fairtrade/Max Havelaar, afin d’établir un cadre cohérent et exhaustif de mise en œuvre des pratiques agricoles et commerciales.
Ces principes, visant à redonner les moyens aux producteurs de vivre de leur métier et à promouvoir une agriculture respectueuse de la santé et de l’environnement, ont démontré leur impact positif depuis plus de 25 ans.
Max Havelaar France souhaite qu’ils puissent inspirer la régulation du commerce et des marchés agricoles. Par ailleurs, le développement de notre label a fait la preuve qu’un système de labellisation est un outil puissant pour matérialiser ces principes d’équité et permettre aux consommateurs et aux entreprises de les adopter.

Max Havelaar France a donc fait valoir une liste de propositions concrètes dans le cadre des ateliers des EGA, visant à garantir aux producteurs des conditions commerciales favorables et à mobiliser le soutien des pouvoirs publics en faveur du commerce équitable :

A    Faire évoluer les règles du commerce agricole pour impacter l’ensemble des producteurs :

           1    La contractualisation dans la durée entre des organisations des producteurs et leurs premiers acheteurs fixant obligatoirement un prix minimum d’achat prenant en compte les coûts de production complets.
           2    Une politique appuyant en France la structuration des filières.
           3    L’encadrement légal strict des pratiques commerciales des transformateurs et distributeurs.
           4    L’exception dans l’obligation de non-concurrence pour les produits agricoles au niveau de l’Union Européenne, de l’Organisation mondiale du commerce et des Accords de partenariat économique pour mettre en place 2 mesures :
               •    Autoriser et favoriser des accords de filières fixant un prix minimum recommandés ou obligatoires à la production.
               •    Remettre en place au cas par cas les outils publics de régulation de la production.

B    Développer une consommation à fortes externalités positives :

           1    Une TVA réduite sur les produits du commerce équitable.
           2    Un repère consommateur sur les produits portant un label de commerce équitable reconnu par les pouvoirs publics.
           3    Des commandes publiques 100% responsables et durables d’ici à 2022.
           4    Un plan national de commerce équitable 2.

Max Havelaar France a notamment participé à l’atelier 5 consacré à l'amélioration des prix payés aux producteurs en vue d’apporter son expertise et des propositions pour plus d’équité dans les relations commerciales et témoigner du modèle du commerce équitable qui permet d’accompagner la transition vers des pratiques plus durables du point de vue environnemental, économique et social.
Retrouvez le détail des propositions dans notre document « Etats généraux de l’alimentation : les propositions de Max Havelaar France ».

 

Faire entendre la voix des citoyens et de la société civile

En parallèle de ces ateliers, Max Havelaar France se mobilise aux côtés de nombreuses autres ONG.

Max Havelaar France participe ainsi à la « Plateforme citoyenne pour une transition écologique et alimentaire », constituée par une cinquantaine d’organisations agricoles, d’associations et ONG environnementales et de consommateurs. Ce collectif appelle à une vraie sollicitation de la société civile, sur la base de 63 mesures concrètes, pour impulser le changement nécessaire de modèle agricole et du système alimentaire, replacer l’alimentation au cœur de la démocratie et enclencher une véritable transition agro-écologique.

En collaboration avec la PFCE, Max Havelaar France a également appelé les citoyens à participer activement à la consultation en ligne lancée par le gouvernement pour les EGA.

Max Havelaar France a par ailleurs dénoncé, aux côtés de 30 autres organisations, l’arrêt des aides publiques pour la conversion à l’agriculture biologique, et cosigné la demande de suspension de l’application du CETA.

Le 11 octobre, E. Macron prendra la parole depuis le marché international de Rungis pour esquisser les premières conclusions de la première phase des Etats généraux de l'alimentation. RDV mardi 10 octobre à 18h rue de Varennes (Paris) pour manifester aux côtés des 50 autres organisations de la « Plateforme citoyenne pour une transition écologique et alimentaire » qui se mobilisent pour une agriculture durable et un revenu paysan juste.

Pour en savoir plus : #EGAlim : un nouveau plan pour le commerce équitable