Font Size

Cpanel
Accueil > Nos actions > Lutter contre le travail des enfants
Nos actions

Lutter contre le travail des enfants

L’Organisation Internationale du Travail (OIT) estime à 152 millions le nombre d’enfants travailleurs dans le monde, dont plus 71% dans le secteur agricole. C’est le secteur le plus touché. L’Afrique est la région où le plus grand nombre d’enfants travaillent : 1 enfant sur 5 est concerné.

Le mouvement Fairtrade/Max Havelaar lutte activement contre le travail des enfants à travers son label ainsi que des programmes de prévention.

2018 06 11 slider lutter contre le travail des enfants

 

Combattre les causes profondes du travail des enfants

Le travail des enfants est décrit par les lois internationales comme un travail potentiellement dangereux pour le bien-être de l’enfant (sur le plan physique et psychologique) et/ou qui interfère avec son éducation, ses loisirs et son développement.

C’est un problème universel complexe qui touche les garçons et filles dans de nombreux pays. Ce n'est pas seulement un problème perpétué par la pauvreté et les conditions injustes du commerce, il est aussi le résultat d'exploitation, du manque d'accès à une éducation de qualité et à la protection sociale, de la discrimination, des conflits, des catastrophes naturelles, entre autres.

Le mouvement Fairtrade/Max Havelaar intervient dans des régions présentant un risque connu de travail des enfants, car c'est souvent là que notre travail est le plus nécessaire. Nous nous engageons à protéger les enfants via les cahiers des charges de notre label et en travaillant avec les communautés de producteurs :

  • Le label Fairtrade/Max Havelaar interdit catégoriquement le travail des enfants, dans le respect des conventions de l'Organisation Internationale du Travail (OIT).

  • Notre mouvement a mis en place un programme de protection de l’enfance en partenariat avec des ONG spécialisées sur le terrain, afin d’assurer que les droits des enfants sont respectés et qu’ils vivent au sein d’un environnement sûr et protecteur.
  • Comment le travail des enfants est traité dans les cahiers des charges

    Plusieurs critères spécifiques dans les cahiers des charges du label s'appliquent directement au travail des enfants :

  • Il est interdit d’employer des enfants de moins de 15 ans au sein des organisations certifiées Fairtrade/Max Havelaar, directement ou indirectement.

  • Les enfants de 15 à 18 ans ne peuvent pas réaliser un travail qui met en péril leur scolarité ou leur développement social, moral ou physique.

  • Les enfants ne sont autorisés à aider leurs parents que sous des conditions strictes. L’activité doit être appropriée à l’âge de l’enfant et doit se faire en dehors des heures de classe ou pendant les vacances.
    Il est en effet courant dans le secteur agricole que les enfants aident leurs parents. Le travail des enfants tel que défini par l’OIT ne désigne pas les enfants ou adolescents qui participent aux tâches ménagères ou aident à la ferme familiale après l'école et pendant les vacances scolaires, à condition que ces tâches soient faciles à réaliser.

  • Lorsqu’une coopérative de petits producteurs est dans une zone avec une forte probabilité de travail des enfants, elle est accompagnée pour mettre en place un plan d’action contre le travail des enfants.

  • Si une coopérative identifie le travail des enfants comme un risque, elle doit prendre des mesures préventives, par exemple, mettre en place un système de contrôle afin d’identifier et de mieux protéger les enfants exposés.
  • Si une infraction aux cahiers des charges est constatée au sein d’une organisation de producteurs, des mesures sont prises immédiatement afin de protéger les enfants touchés. Si l'organisation n'y parvient pas, elle est suspendue. Sur ce point, la tolérance est nulle. Toute violation entraîne la décertification. 

    Former et impliquer les communautés dans les mesures de prévention

    Nous accordons une grande attention à ce que les mesures de prévention soient élaborées et mises en œuvre avec et par la communauté. Les producteurs deviennent ainsi acteurs du changement, afin de pouvoir eux-mêmes identifier et lutter contre les pratiques inacceptables de travail des enfants.

    Le mouvement Fairtrade/Max Havelaar soutient et conseille les coopératives dans la mise en place de projets de prévention, en coopération avec d’autres ONG spécialisées, tels que :

  • organiser des ateliers et des formations pour les directeurs et le personnel des coopératives,

  • organiser des activités de sensibilisation sur les droits des enfants pour les membres des communautés,

  • accompagner les coopératives pour la mise en place de procédures internes et de comités chargés de piloter et de surveiller les activités de lutte contre le travail des enfants,

  • encourager les communautés à mettre en place un système de suivi avec la participation des enfants, en partenariat avec des ONG spécialisées dans la défense des droits de l'enfant,

  • promouvoir la scolarisation : les organisations de producteurs utilisent la prime Fairtrade/Max Havelaar pour construire des écoles, améliorer l’équipement des écoles locales, faciliter le trajet des enfants ou encore financer des bourses scolaires.