Font Size

Cpanel
Articles

Arthur

arthur portrait 2Curieux, toujours à la découverte de nouvelles choses. Il aime fouiller et trouver de nouvelles idées. Son intérêt est d’autant plus motivé qu’il va pouvoir le partager avec son entourage. Il aime pouvoir donner et recevoir. Drôle et subtil, gageons que son humour fasse mouche durant le périple.

 

Interview

 

MHF : Pourquoi cette destination ?

A : L’Amérique du Sud est une des parties du monde que je ne connais pas du tout, mais dont la population parle une langue que je connais et que j’apprécie.

 

MHF : Pourquoi partir aussi longtemps ?

A : Si j’avais fait plusieurs voyages de 2 ou 3 semaines, je n’aurais jamais pu voir autant de choses que ce que l’on va découvrir durant ces 15 prochains mois ! Mais surtout je n’aurais pas vraiment été immergé avec la population locale ; je n’aurais pas profité de la même manière. J’aurais été plus comme un touriste que comme un voyageur.

 

MHF : Le tandem, c’est bien mais un an l’un derrière l’autre ça ne vous fait pas peur ?

A : Cela nous fait peur effectivement, mais cela permet de partager plus, c’est une vraie expérience à deux. Le tandem nous permet de voyager au même moment, d’avoir le même rythme. Et j’ai en plus la chance d’être devant et le luxe de pouvoir oublier que l’on est 2 sur le vélo !!!

 

MHF : Qu’attends-tu de ce voyage ?

A : Je ne sais pas si notre mode de transport et le choix que l’on a fait de vivre au jour le jour avec toute notre vie dans des sacoches attireront l’attention des populations. Je pense plus que les personnes que nous allons rencontrer vont nous questionner sur notre mode de vie en France, nous allons échanger sur notre quotidien. Nous attendons beaucoup de ce périple en termes d’ouverture. C’est un peu un retour aux sources que l’on recherche, afin de nous rendre compte de valeurs essentielles que nous oublions un peu plus chaque jour, comme la solidarité, l’entraide, etc.

 

MHF : Quel regard pensez-vous apporter ?

A : Nous allons nous intéresser au quotidien des personnes qui travaillent dans les coopératives et à la façon dont elles s'organisent. Nous souhaitons apporter des témoignages de ceux qui sont en rapports directs avec les produits et les matières premières que nous achetons au Nord. Nous ne faisons pas partie du système Fairtrade et nous sommes novices en matière de commerce équitable. Ainsi par notre vision objective, nous voulons apporter un éclairage et toucher le lecteur en l’amenant à confronter sa vision de consommateur, avec la vision depuis la coopération, là où naît la matière première, et qui la travaille.

 

MHF : Et d’un point de vue humain ?

A : Contrairement à des experts ou à des personnes faisant partie du système et qui vont sur le terrain, nous allons apprendre comment fonctionne le commerce équitable sur place, aux contacts des producteurs et de ceux qui le constituent à la base. Je suis curieux de savoir ce que leur apporte le système au quotidien, ou de faire partie d’une coopérative certifiée. Est-ce qu’ils y voient une différence par rapport à leurs voisins non certifiés ou  avant leur entrée dans le système ?