Font Size

Cpanel
Articles

Caroline

caro portrait 2Caroline, c’est la joie de vivre incarnée, toujours entourée par une foule de personnes. D’où l’importance qu’elle accorde aux relations humaines durant ce périple en tandem, au-delà même de la découverte des paysages ! Avant son départ tentons d’en savoir plus sur ces motivations.

 

Interview

 

MHF : Pourquoi cette destination et pourquoi aussi longtemps ?

C : Lors d’un voyage de longue durée on a le temps de se rendre compte de ce que l’on vit : l’immersion dans les pays traversés est facilement envisageable puisque l’idée du retour est loin » J’ai peu fait de « longs voyages » mais je garde un souvenir de mes deux grandes expériences, itinérante en Indonésie, et sur un chantier aux Philippines, totalement différent. A mon retour des Philippines où j’ai vécu au quotidien avec des philippins, je n’ai pas ressenti de frustration, alors que quand je visitais l’Indonésie en sac à dos en tant que « touriste », je n’ai pas eu l’impression de partager réellement une expérience avec la population locale, je n’ai fait que recevoir, sans pouvoir donner quoi que ce soit en retour.

 

MHF : Le tandem, c’est bien mais un an l’un derrière l’autre ça ne vous fait pas peur ?

C : Effectivement cela me fait peur, mais c’est mieux que d’être seule ! Pour avoir voyagé plusieurs fois avec Arthur mais en vélo séparé, nous avons fait un réel choix stratégique en partant en tandem. Lors de nos précédentes excursions, nous étions certes contents de nos petits challenges, mais nous ressentions tous les deux un sentiment de solitude lors de ces journées de vélo. Pour des raisons évidentes nous ne partagions pas les mêmes choses au même moment, nous ne pouvions pas communiquer quand nous le souhaitions. Sur un tandem, on peut se parler dès que l'on veut et cela nous enlève les frustrations que l’on a pu connaître auparavant.

 

MHF : Qu’attends-tu de ce voyage ?

C : Ce que j’attends, aujourd’hui j’ai du mal à l’imaginer. Nous allons chercher à nous imprégner des cultures locales, de la façon dont vivent les gens, de la vision qu’ils peuvent avoir du monde, voir même de la France. Et voir aussi des magnifiques paysages !!! Notre mode de transport atypique sera un bon moyen d’amorcer les rencontres, de partager notre curiosité avec les populations locales. Au-delà de notre vision du voyage, c’est sur la solidarité au quotidien, de la famille, de l’amitié, que nous souhaitons échanger !

 

MHF : Quel regard pensez-vous apporter ?

C : Nous souhaitons transmettre un message qui ne soit pas promotionnel qui dirait simplement que « le Commerce Equitable c’est bien ». Nous cherchons à apporter des témoignages qui ont un sens mais qui seront aussi plus concrets pour le lecteur : qu’est ce que le système leur apporte au quotidien ? Ce qui a changé dans leur vie. Tout en laissant transparaître l’émotion des personnes rencontrées et notamment les producteurs, j’aimerais qu’ils soient honnêtes dans leurs propos, qu’ils ne nous voient pas comme des messagers d’une organisation, mais plus comme des personnes curieuses de mieux les connaître.