Font Size

Cpanel
Articles

Grandes plantations

Redonner la parole aux travailleurs

Dans le cas des grandes plantations, la garantie du commerce équitable ne s’adresse bien sûr pas aux propriétaires, mais aux travailleurs. Les standards sont donc spécifiques à cette réalité.

Respect des droits fondamentaux

Depuis 1919, l’Organisation internationale du Travail a développé un système de normes internationales du travail. Elles cadrent les conditions d’un travail décent et productif, dans des conditions de liberté, d’équité, de sécurité et de dignité.

Ce sont ces principes qui ont inspiré la rédaction d’une partie des standards du commerce équitable pour les ouvriers des plantations.

Si, sur un point précis, la législation nationale en vigueur est plus stricte que celles des standards, c’est elle qui prévaut.

Conditions spécifiques de travail

Certaines cultures posent des problèmes particuliers pour la sécurité des travailleurs ou quant à leur impact sur l’environnement. Des standards spécifiques traitent les problématiques particulières liées à chaque production. En particulier, les ouvriers doivent être formés à la manipulation des produits chimiques qui n’ont pas été interdits. Ensuite, les dirigeants doivent respecter des critères de progrès vers toujours plus d’équité.

Prime de développement

Cependant, le commerce équitable permet d’aller plus loin que le respect de droits élémentaires. Le label Max Havelaar crée les conditions d’un véritable développement. La prime de développement est versée sur un compte spécifique, au bénéfice des travailleurs.

Comme pour les petits producteurs, elle finance des projets destinés à améliorer leur situation socio-économique, de leurs familles et de la communauté. Elle peut aussi permettre aux travailleurs de se former pour envisager leur avenir professionnel, dans la plantation ou en-dehors.

Comité paritaire

Les ouvriers et la direction dialoguent au sein d’un comité paritaire. C’est un lieu de dialogue entre la direction et les travailleurs. Les deux parties sont mises sur un pied d’égalité, mais le dernier mot revient aux travailleurs. La direction apporte son savoir-faire en matière de gestion. Un animateur extérieur s’assure qu’elle ne prend pas l’ascendant.

Le comité doit être représentatif de tous les travailleurs, y compris des femmes. De fait, c’est aussi un lieu où les travailleurs s’exercent à une prise de décision démocratique. Ils font ainsi le bilan de leur propre situation et deviennent capables d’agir directement sur leurs propres intérêts.

Le comité paritaire n’a cependant pas vocation à remplacer un syndicat. La présence de ceux-ci est encouragée.