Les difficultés à surmonter

Le mouvement Fairtrade/Max Havelaar regroupe plus de 1,6 million de producteurs et travailleurs, qui peuvent ainsi bénéficier des conditions du commerce équitable – c’est déjà beaucoup, mais c’est encore trop peu par rapport aux centaines de millions de personnes dans le monde qui produisent dans des conditions déplorables nos aliments, nos vêtements, nos téléphones, etc.

Notre mouvement travaille dans de nombreuses régions du monde où l'équité est rare, les droits humains non respectés, les normes sociales inexistantes… C’est précisément la raison pour laquelle Fairtrade/Max Havelaar y est présent.

Bien que le commerce équitable Fairtrade/Max Havelaar soit un véritable levier de développement, il ne peut résoudre à lui seul des problèmes structurels profonds (économiques, sociaux, politiques,…).

  • Le commerce équitable est une des composantes d’une solution à long terme qui fait aussi appel à des réponses aux niveaux politique et économique.

Faire face à des situations souvent complexes

Parce que le cœur de notre mission est auprès des paysans défavorisés, le mouvement Fairtrade/Max Havelaar travaille dans des contextes difficiles et complexes, souvent caractérisés par une grande pauvreté :

  • Fairtrade/Max Havelaar est présent là où il y’en a le plus besoin, dans des pays où il n’y a pas ou peu d’Etat providence et très peu de services publics et d’infrastructures. Les populations rurales y manquent souvent de l’essentiel : nourriture, santé, éducation. Ils bénéficient de peu d'aides et n'ont généralement ni sécurité sociale ni aucun filet de sécurité s'ils ne peuvent pas obtenir un prix équitable pour leurs produits.
  • Ces familles de petits cultivateurs et travailleurs n’ont ni perspective agricole attrayante ni alternative réelle de subsistance.
  • De nombreuses organisations de petits agriculteurs et plantations ne peuvent vendre qu’une partie de leur récolte aux conditions du commerce équitable Fairtrade/Max Havelaar, faute de demande suffisante. Fairtrade/Max Havelaar s’efforce de créer et d’élargir le marché.
  • Du temps et des efforts sont nécessaires pour transformer des situations existantes : le changement durable prend du temps également dans les coopératives certifiées Fairtrade/Max Havelaar et il n’est pas si facile de lutter contre la pauvreté dans les zones rurales.
  • Les répercussions du changement climatique, la fluctuation des prix des matières premières, l’instabilité politique et les conflits armés constituent une menace immédiate pour les moyens de subsistance.
  • D’autres difficultés majeures doivent être résolues, telles que la hausse du coût de la vie, et des problèmes structurels tels que la petite taille des parcelles de terrain, le faible niveau de développement rural…

Changer les règles du commerce mondial est le défi de notre époque

Pour répondre à ce défi immense, nous mesurons et évaluons régulièrement l’impact de nos actions à l’aide d’études terrain qui nous poussent à évoluer et à innover constamment pour essayer de trouver les solutions les plus pertinentes.

Pour que ce modèle de commerce plus juste s’inscrive sur le long terme, tous les acteurs doivent se mobiliser : les négociants, les transformateurs, les gouvernements tout comme les consommatrices et les consommateurs.

Pour concrétiser la vision d’un commerce mondial équitable, l'équitable doit changer d’échelle. Notre association travaille sans relâche à faire en sorte que les produits équitables soient plus nombreux et accessibles à tous

Pour que cesse le cycle infernal de la pauvreté et des inégalités, ce sont les règles du jeu qu’il faut changer. C’est pourquoi Fairtrade/Max Havelaar fait campagne pour que les droits humains et la protection de l’environnement soient au cœur des politiques publiques qui régissent le commerce international.

Bien que nous soyons fiers des accomplissements réalisés au cours des 25 dernières années, notre mouvement est loin d’avoir atteint son objectif ambitieux, celui d’un monde où le commerce n’est plus synonyme d’exploitation.