Fairtrade/Max Havelaar, un mouvement international

Lancé dès 1988, le mouvement Fairtrade/Max Havelaar a mis au point un modèle de commerce équitable labellisé et basé sur des cahiers des charges rigoureux. Fonctionnant d'une manière collective et démocratique, il regroupe des ONG et des représentants de producteurs et s’est aujourd'hui implanté dans plusieurs dizaines de pays, du côté des producteurs comme des consommateurs.

1. Un label international pour le commerce équitable

Des démarches pour favoriser un commerce international équitable ont vu le jour dès les années 1950-60, dans le contexte de la décolonisation et du développement des échanges mondiaux. Lancé en 1988 aux Pays-Bas, le mouvement Fairtrade/Max Havelaar est à l'origine du commerce équitable labellisé : sa stratégie, toujours actuelle, fut de mettre en place un label pour les produits respectant des cahiers des charges rigoureux de production et de commercialisation.

Reconnaissable par un logo, ce label permet aux consommateurs de repérer facilement, dans leurs lieux d'achat habituels, les produits répondant aux exigences économiques, sociales et environnementales du commerce équitable.

D'abord destiné au café puis étendu à de nombreux produits, ce modèle de commerce équitable remporta un franc succès aux Pays-Bas et dans les pays voisins, qui adoptèrent à leur tour le label et créèrent des associations représentant le mouvement Fairtrade/Max Havelaar au plan national. En 1997, Fairtrade International fut créée pour les fédérer. Elle est aujourd'hui représentée par 30 organisations nationales, dont Max Havelaar France .

1,6 million de producteurs et travailleurs

Que ce soit en Afrique, en Amérique latine ou en Asie, l'ONG Max Havelaar axe prioritairement son action dans les pays où la situation est la plus critique. Le commerce équitable Fairtrade/Max Havelaar bénéficie aujourd’hui à 1,66 million de producteurs et travailleurs. En stabilisant les prix et en créant des conditions favorables à l'investissement, ce modèle permet aux communautés de paysans et de travailleurs de développer leurs capacités pour améliorer leurs conditions de vie tout en participant à développer des modes de culture durables qui préservent l’environnement.

Les missions de Fairtrade International :

  • Établir les cahiers des charges à respecter par tous les acteurs du commerce (producteurs, exportateurs, importateurs, entreprises de transformation) pour obtenir la certification Fairtrade/Max Havelaar .
  • Développer le commerce équitable au niveau mondial, en améliorant sans cesse le modèle pour maximiser et optimiser son impact.
  • Coordonner les programmes de soutien aux producteurs.
  • Promouvoir et défendre une justice accrue dans le commerce international.
  • Mesurer les effets du commerce équitable via la réalisation d’études sur le terrain.

2. Sur le terrain, des programmes concrets de développement

Le mouvement Fairtrade/Max Havelaar, qui est fondé sur l'équité et la solidarité, agit bien au-delà de la délivrance d’un label sur un produit. Il soutient les producteurs et travailleurs agricoles d'une façon unique :

  • Un réseau de coordinateurs locaux, constitué de 150 chargés d’appui terrain, accompagne les coopératives de producteurs dans la compréhension et l’application des cahiers des charges et leur apportent le soutien pour qu’elles deviennent plus professionnelles, plus démocratiques et plus fortes.

  • Des programmes d'appui et des formations adaptées, dispensées par des équipes spécialisées, renforcent l'autonomie des producteurs et les aident à faire face au changement climatique, à combattre les discriminations de genre et à lutter contre le travail des enfants .

3. Pays producteurs et pays consommateurs co-dirigent le mouvement Fairtrade/Max Havelaar 

Les ONG nationales et les réseaux de producteurs

Le mouvement international Fairtrade/Max Havelaar est cogéré à parité par 30 organisations nationales dans les pays consommateurs d'une part, et 3 réseaux de producteurs d’autre part, représentant plus de 1 500 organisations de paysans et travailleurs salariés :

  • Les organisations nationales, telle que l’ONG Max Havelaar France, représentent le label Fairtrade/Max Havelaar et développent le commerce équitable dans leurs territoires respectifs. Elles accordent à des entreprises de leurs pays le droit d’utiliser le label et d'apposer le logo sur leurs produits.
  • Les organisations de paysans et travailleurs certifiées Fairtrade/Max Havelaar sont rassemblées en trois réseaux continentaux (Afrique, Amérique latine et Asie), à travers lesquels elles peuvent peser d'une manière significative sur les décisions du mouvement Fairtrade/Max Havelaar.

Une gestion démocratique

Par le biais de leurs représentants, plus de 1,6 million de paysans et travailleurs en Afrique, Amérique latine et Asie participent activement au mouvement Fairtrade/Max Havelaar. Ils détiennent la moitié des voix et sont présents dans tous les organes et comités de décision importants :

  • Une Assemblée générale se réunit tous les ans. Le droit de vote y est réparti à égalité entre les organisations nationales (50 %) et les réseaux de producteurs et travailleurs (50 %). Cette répartition est unique dans le commerce équitable : Fairtrade/Max Havelaar est le seul mouvement dans lequel les réseaux de producteurs possèdent 50 % des voix.
  • L'Assemblée générale élit le Comité, qui se compose de 4 membres nommés par les réseaux de producteurs et travailleurs, de 4 membres nommés par les organisations nationales et de 3 membres indépendants. Le Comité est l’organe central de décision du mouvement Fairtrade/Max Havelaar : il détermine la stratégie et approuve les prix minimums, les primes de développement versées aux organisations de producteurs et travailleurs, ainsi que les cahiers des charges.

Présent auprès des consommateurs de 140 pays partout dans le monde, le label Fairtrade/Max Havelaar permet ainsi à 1,66 million de petits producteurs et travailleurs de 73 pays, unis au sein de 1 599 organisations à travers le monde, de vivre dignement de leur travail. Grâce à la représentation démocratique de leurs intérêts, aux conditions commerciales plus justes, aux soutiens financiers, au meilleur accès aux marchés et aux offres de formation, ils peuvent améliorer leur existence et celle de leur communauté d'une manière durable.

Zoom sur Max Havelaar France

La carte des coopératives dans le monde

Le manifeste "Changer le commerce, changer des vies - 2016-2020"