Font Size

Cpanel
Accueil > Filières > Coton > Le FSP Coton : de nouveaux débouchés pour les petits producteurs du commerce équitable

Le FSP Coton : de nouveaux débouchés pour les petits producteurs du commerce équitable

Le Programme d’Approvisionnement Fairtrade pour le coton (FSP Coton) offre un nouveau moyen aux entreprises de s'engager aux côtés des producteurs du système Fairtrade/Max Havelaar. L'objectif : créer de nouvelles opportunités de commercialisation pour les petits producteurs de coton Fairtrade, dans le cadre de partenariats à long terme, axés sur l'impact.

sliderFSP

Depuis 2009, les petits producteurs du commerce équitable Fairtrade/Max Havelaar, notamment en Afrique de l’Ouest, rencontrent des difficultés pour la vente de leur coton. Ils ne parviennent pas à commercialiser toute leur production de coton certifié : seul un tiers de cette production est vendu aux conditions du commerce équitable Fairtrade/Max Havelaar. Il est vital pour eux de trouver de nouveaux débouchés économiques.

Dans le même temps, nombre d’entreprises ont exprimé leur souhait de s’engager davantage en faveur de la consommation responsable. Mais, elles rencontrent des difficultés inhérentes à la rigueur du sytème de certification Fairtrade sur les produits en coton. Ces difficultés résident dans le grand nombre d’intermédiaires qu’il est nécessaire de certifier tout au long de la chaîne de production. Cela implique des coûts et des contraintes importantes qu’elles ne peuvent pas toujours prendre en charge sur des produits complexes avec un grand nombre d’étapes de transformation, pour qu’ils soient à un prix acceptable sur le marché. De ce fait, les producteurs du système Fairtrade/Max Havelaar ne peuvent pas profiter de ces nouvelles opportunités dans le cadre existant.

Pour répondre à cette situation, le nouveau Programme d’Approvisionnement Fairtrade pour le coton (FSP Coton) se base sur les achats des entreprises en coton Fairtrade en tant que matière première. Le FSP Coton permet aux entreprises souhaitant acheter des marchandises aux conditions du commerce équitable, de s’approvisionner en coton certifié Fairtrade/Max Havelaar sans pour autant devoir certifier l’intégralité du produit final.

 infographie-coton-web

Les entreprises partenaires pourront marquer leur engagement au travers de leur communication institutionnelle une fois qu’elles auront atteint un volume convenu de coton Fairtrade. Cependant, elles ne pourront pas apposer le label Fairtrade/Max Havelaar sur leurs produits.

Les règles d’utilisation du label Fairtrade/Max Havelaar stipulent en effet que que toutes les étapes de la chaîne de production sont certifiées Fairtrade, et que les produits labellisés doivent être composés de tous les ingrédients disponibles en tant que matières premières certifiées.

Les garanties pour les producteurs sont néanmoins les mêmes que celles du label Fairtrade/Max Havelaar, avec notamment l’assurance d’un prix minimum garanti et le versement d’une prime de développement. Ce système leur donne cependant accès à des débouchés supplémentaires pour vendre leurs récoltes aux conditions du commerce équitable.

Au fur et à mesure qu’un nombre croissant d’entreprises souscriront au FSP Coton, un fond d’appui technique sera constitué afin de proposer aux producteurs un plan de formation – par exemple pour la modernisation de leurs installations, le renforcement des coopératives ou l’amélioration de la qualité des récoltes.

Le FSP Coton a été créé en étroite collaboration avec les réseaux de producteurs du système Fairtrade, qui ont été impliqués tout au long de ce projet.

Grâce au modèle complémentaire qu’est le FSP, les producteurs devraient pouvoir écouler une plus grande part de leurs récoltes aux conditions du commerce équitable Fairtrade/Max Havelaar, et renforcer ainsi l’impact sur leur famille et sur leur communauté.

En moyenne, un cultivateur Fairtrade produit près de 1,4 tonne de coton par an.
•    Fairtrade/Max Havelaar travaille en collaboration avec près de 66 000 petits producteurs, principalement en Afrique de l’Ouest (Mali, Burkina Faso, Sénégal) et en Inde.
•    On compte entre 35 et 50 millions de petits producteurs de coton dans les pays en développement – c’est-à-dire plus que les producteurs de café et de cacao réunis.

 

« Le commerce équitable nous a aidés à faire beaucoup de choses et nous voulons continuer à commercialiser du coton certifié Fairtrade/Max Havelaar. Mais il est nécessaire que le marché du coton équitable soit plus ouvert. La vente se fait au compte-goutte, il faudrait qu'il y ait plus d'achats de coton certifié. »
Demba M’Balo, président d’une Union de producteurs de coton Fairtrade au Sénégal.