Font Size

Cpanel
Accueil > TAND’AMSUD > Colombie > Le Carnaval de Baranquilla

Le Carnaval de Baranquilla

Avant d'enfourcher notre tandem nous débarquons à Barranquilla pour y découvrir son carnaval !

Reconnu au patrimoine oral et immatériel de l'humanité par l'Unesco en 2003, il fait partie des plus beaux après ceux de Rio et Venise, nous ne pouvions pas manquer l'événement. Pendant 4 jours la rumba bat son plein dans toute la ville. Les maisons se parent du masque aux couleurs criardes des "marimondas", le personnage emblématique de la fête. Dans la rue la musique fuse à plein volume de chaque bar, maison ou voiture qui passe. Les habitants dansent sur ces rythmes que nous européens avons bien du mal à apprivoiser.

 

 le carnaval de Baranquilla

Etonnamment, peu sont réellement déguisés, mais beaucoup portent quelque chose lié au carnaval, un t-shirt bariolé ou une étole rouge à pois blancs. Chaque jour la ville se presse pour admirer le défilé dans la rue envahie par les vendeurs ambulants. Les plus aisés ont leur place en tribune, les autres regardent par des petites lucarnes la parade sans fin. Les chars grandioses galvanisent la foule au son d’une musique enivrante : salsa, cumbia, vallenato, reggaeton, etc.

 Le défilé

Les stars colombiennes et les reines de beauté sont aussi de la partie. Les groupes costumés rappellent l’histoire de la ville et de la Colombie : l’époque précolombienne, l’invasion espagnole puis l’esclavage dont la ville voisine de Carthagène était une plaque tournante.

 Le roi et la reine du carnaval

Dans le public c’est la bataille rangée. L’arme favorite est la bombe d’espumas (mousse à raser spéciale carnaval) dont tout le monde s’asperge. La farine de maïs en est un très bon complément. Nous ne sommes évidemment pas exempts d’un petit baptême… Le soir venu les plus fêtards se retrouvent dans les innombrables concerts en plein air et les bars de la ville. Nous optons pour la Troja, la Mecque locale de la salsa. On ne sera pas déçu par l’énergie qui se dégage de ce lieu. Le carrefour est envahi par les danseurs motivés par le son et l’aguardiente (alcool local au gout d’anis) qui coule à flot jusqu’au petit matin.

Après 4 jours de rumba, les barranquilleros sont en deuil. Ils se consoleront en préparant le carnaval de l’année prochaine. Pour nous il est l’heure de commencer l’aventure !

A suivre...